Ce que disent … les Chiffres

Après 8 années de forte hausse, l’activité du prélèvement et de la greffe d’organes a connu, en 2018, une baisse. Même si le nombre de personnes prélevées a légèrement augmenté, le besoin en greffons ne cesse de croître et le niveau de l’activité ne suffit pas à le couvrir.

En 2018 :

  • 5805 greffes d’organes (baisse de 5% par rapport à 2017)
  • 4942 greffes grâce à des donneurs EME, 561 à partir de donneurs vivants (reins et foie), 271 greffes après prélèvements « Maastricht III ». 
  • 24.000 personnes ont eu besoin d’une greffe.
  • 678 décès faute de greffes
  • 17.477 malades restent en attente d’une greffe au 01 janvier 2019

L’augmentation des besoins témoigne du succès de la greffe.

Cette technique médicale est en effet de mieux en mieux maîtrisée, avec des résultats en termes de durée et de qualité de vie en constante progression.
Les situations dans lesquelles une greffe est recommandée sont de plus en plus nombreuses et diversifiées.

Chaque année, le nombre de personnes inscrites en liste d’attente progresse. Du fait de la pénurie d’organes à greffer, l’attente des patients peut durer des mois, voire des années.

TAUX D’OPPOSITION AU PRÉLEVEMENT

30,4 % de refus au niveau national provient d’une opposition de la famille qui, faute d’information sur le choix du défunt, refuse le prélèvement d’organes sur leur proche. Pour que ce taux baisse et sauver des vies, il suffit de se positionner de son vivant et d’en parler à ses proches.

LES ORGANES GREFFÉS

On sait aujourd’hui greffer avec succès six organes différents : le rein est le plus couramment greffé. Suivent le foie, le cœur, les poumons, le pancréas et le cœur-poumon.

Les tissus sont aussi importants que les organes, ils sauvent aussi des vies ou participent à une vie meilleure : La cornée rend la vue, la peau évite une mort certaine aux grands brulés, les valves cardiaques préviennent les arrêts du cœur, etc…

  • 1 donneur peut sauver minimum 4 vies et 8 vies maximum.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE DONNEURS

Il est possible de prélever à partir de 3 types de donneurs:
• donneur vivant : un lobe de foie ou un rein
• donneur décédé après arrêt cardiaque : les reins et le foie
• donneur décédé par mort encéphalique : tous les organes et tissus

En dehors des donneurs vivants (529 greffes réalisées en 2018), tous les donneurs prélevés sont des personnes qui décèdent à l’hôpital en état de mort encéphalique à la suite d’un arrêt vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien, ou des donneurs prélevés après arrêt cardiaque inopiné ou limitation ou arrêt des thérapeutiques

Cela concerne seulement près de 0,8 % des décès à l’hôpital.

Pourquoi une telle baisse ?

Les raisons de la baisse ne sont pas forcément celles que l’on croit. Elle est en effet principalement due aux progrès de la prise en charge des AVC, aux campagnes d’information et à une meilleure prise en charge. « Ces dernières années, la mortalité liée aux accidents vasculaires cérébraux a baissé de 15%« 

Alors qu’il stagnait depuis trois ans, le nombre de donneurs vivants a régressé en 2018 : seulement 537 greffes de ce type ont été réalisées, contre 611 en 2017, alors que le plan greffe 3 fixe l’objectif de 1000 en 2021. La part de la greffe de donneurs vivants en France (15%) reste très inférieure à celle observée chez beaucoup de nos voisins européens, où elle dépasse régulièrement les 30% (Royaume Uni, Pays Bas, pays scandinaves, etc.)

Une progression des dons par suite d’un arrêt cardiaque après une limitation ou un arrêt des thérapeutiques

Seul signal positif, la progression des dons de type « Maastricht III » (M3), qui ont permis la réalisation de 281 greffes en 2018 (234 en 2017). Malgré cette progression de 20%, ces dons représentent moins de 8% des donneurs décédés en France, contre 25% en Espagne, 30% en Belgique, 43% au Royaume Uni et plus de 50% aux Pays Bas. Un retard notamment lié au fait qu’à ce jour, seuls 26 hôpitaux, soit la moitié des CHU, réalisent ces prélèvements en France.

APPLIS MOBILES

Banner2_AppliDuDon Appli de Chirurgie cardiaque

M!PLV sur Facebook